Les bugnes lyonnaises : Tradition culinaire de Mardi Gras

En bonne lyonnaise que je suis, il m’est impossible de ne pas vous parler de nos bugnes qui font le bonheur des FENOTTES et des GONES

Aussi loin que remonte ma mémoire, les bugnes sont au centre de merveilleux moments familiaux où nous nous retrouvions chez ma grand mère pour une journée marathon devant le fourneau. Une vraie brigade de cuisine où chacun avait son rôle.

  • Etaler la pâte au rouleau, très finement. Surement le plus difficile. Car dans notre famille, on confectionne la bugne plate et craquante. Activité souvent dévolue au seul homme de la famille !!!!
  • Puis avec une roulette, ustensile indispensable, découper de petits rectangles
  • Faire une fente au centre et y passer une des 2 extrémités comme le schéma suivantbugnes
  • Faire chauffer l’huile dans une bassine et y plonger les rectangles de pâte ainsi formés.
  • Faire dorer, égoutter puis saupoudrer de sucre glace.

Je suis tellement imprégnée de ces instants qu’en écrivant cet article ma mémoire olfactive répand autour de moi cette odeur qui a bercé mon enfance.

Petite anecdote : je ne suis pas tombée dedans à ma naissance comme Obelix dans la potion magique mais le jour de ma naissance ma grand mère faisait les bugnes pour s’aérer l’esprit…… Je suis née un 30 janvier, moment idéal puisque la bugne se déguste avant Mardi Gras

Mais qu’elle est l’origine de cette tradition ?

Elle est fort lointaine et remonterait à l’époque romaine. Elle est liée sans conteste au Carnaval et à Mardi Gras.

Petit rappel sur Mardi Gras : la date de Mardi Gras est une date mobile. En général c’est en février mais il se peut qu’elle se trouve en mars ( cela sera d’ailleurs le cas en 2019 ). Mardi Gras est en effet fixé 47 jours avant Pâques. Et comme Pâques a lui même une date mobile ( qui correspond au 1er dimanche suivant la pleine lune ayant lieu après le 21 mars, équinoxe de printemps ), la date de Mardi Gras varie d’une année sur l’autre.

Mardi Gras se célèbre durant la dernière semaine du Carnaval ( qui a commencé le jour de l’épiphanie à savoir le 6 janvier ). C’est un jour d’opulence où il est coutume de manger gras pour se préparer aux 40 jours de Carême qui suivent.

Tout est exubérance et festivité durant cette journée et pas que culinaire mais également vestimentaire ( déguisements )

Pour en revenir à nos bugnes, la tradition a vu le jour car il fallait écouler les stocks d’oeufs et de gras avant Carême.  Elles font partie de la famille des beignets, d’ailleurs leur nom vient de  » bunyi  » qui signifie beignet.

Au départ, la bugne est une spécialité du Duché de Savoie mais elle s’est étendue à tout le Centre Est de la France ( Franche Comté, Dauphiné, Lyon, Saint Etienne, Vallée du Rhône ). 

Alors, plutôt craquantes ou plutôt moelleuses ?

Pour ma part, c’est CRAQUANTES, fines et boursouflées, à la vraie lyonnaise ….

Comme celles que nous faisions et que nous avions plaisir à offrir à notre entourage, pour le plaisir de leurs papilles.

Pour finir sur le sujet, une petite chansonnette qui peut se chanter sur l’air de Cadet Rousselle, qui relate la recette des bugnes ( Ecrit par M Jules PETITJEAN en 1929 dans l’almanach )

Pour fair’ la bugne lyonnaise      Faut de farine et de froment,        

 Puis, retroussant sa manche à l’aise  On y pitrogne vivement ;                

Du beurr’ des oeufs, un peu de  blanche,                                        

On roule tout ça sur la planche

(Bis) Ah ! ah ! ah ! oui vraiment                Faire une bugne, c’est canant 

Pis, dans une bassine immense      On y fait bouillir du saindoux,      

Ou bien de l’huile de Provence,    Comme on voudra, selon son goût ;  

Séparant la pâte en couronne        On la jette quand ça bouillonne.

(Bis)  Ah ! ah ! ah ! oui vraiment               De fricasser, c’est rigolant 

L’on fait chaudir quéques secondes Pendant cinq à six tours de boût.

Comme Vénus sortant des ondes  La bugne est blonde de partout     

Et tout comme cette déesse          La bugne aussi donne l’ivresse                    

(Bis)   Ah ! ah ! ah ! oui, vraiment             De la croquer, c’est énivrant

les.bugnes
Illustration de C.DONNEAUD

Véro et Chris vous souhaitent un bon Mardi Gras…. Faites ripaille… Surtout faites vous plaisir à déguster nos succulentes bugnes lyonnaises

Véro – Gagnant / Gagnant 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s